Who are we / Qui sommes nous?

Welcome to the webpage of the Hungarian Religion!


The Legal Ground of Árpád’s Order Traditional Church (Árpád Rendjének Jogalapja Tradicionális Egyház) is a Hungarian organization dedicated to the reborn of paganism, the revival of the heathen Hungarian Religion. We are aiming to find the roots; to bring back pagan heritage and old customs in order to continue the old tradition we had once before Christianity destroyed the ancient and natural community, the ancient order and the connection with the real metaphysical.


Hungarian Religion as once and today
Hungarian Religion is the modern, dogmatic-free resurrection of the Hungarian heathen heritage that is based on the pre-Christian beliefs and customs.
The old Hungarian heathen religion was forcedly superseded by the foreign universal, artificial belief of Christianity in the 10-11th centuries that had already darkened the sky of Europe for a half thousand years. The succession was unnatural and required so much blood – like 5 centuries earlier in Western Europe paganism had many martyrs in Hungary as well. Two heathen revolutions were beaten down by external forces (1046, 1055) the heathen customs and memorials were persecuted and crusaded with no remorse in the name of “universal love”. A well-known Hungarian belief is that the divines (in Hungarian called táltos) of the heathen religion and ancient order imprecated Hungary for deviating from the traditions and the ancestors’ religion (this is the so-called turanian imprecation).


Although the pagan past was banned and diminished and most of the pagan heritage disappeared in the hands and under the boots of the Christian conquerors, knowledge of the sacred past was preserved for centuries in certain rural areas in folk poems, symbols, folk arts and via our runic writing. The tattered, stained pages of old annals preserved our legends; the remained treasures of those pagan times also testify the magnitude of the ancient heritage. What is more, our firm belief is that the continuity with the ancestors, the natural heathen religion and attitude can be easily and voluntarily restored. Not only because of these remained little pieces of the old pagan mosaic – we just need the will to live our lives according to the ancient, natural order, the will to understand the connection between the daily and yearly periods of the Sun and our lives, the will to hear the laugh from above – in sum, the will to restore the connection with the ancient and the natural to achieve these goals. We raise our hands towards the Sun to grip our ancient heritage with an artless motion. If an old beech falls, a number of ash-trees, hornbeams, maples will grow rapidly climbing higher and higher to fill the gap and to reach the sunshine. However, they cannot reach the height of the tall beech trees; hence from the undergrowth one beech seedling that can stand the darkness will grow in a slow, dignified manner and re-conquer the place temporarily usurped by the abruptly grown smaller trees. We take back our heathen heritage and restore the pagan continuity with the same artless, steadfast, dignified manner as a beech tree reoccupies the place of its ancestor under the Sun in the green forest.


The core symbols of the Hungarian Religion
According to the ancient sagas, the “Miracle Deer” (Csodaszarvas) with the Sun between its antlers led our ancestors to their present country. This Miracle Deer is the Sun itself (we commonly use the runic character of it amongst ourselves: P), its run in the sky symbolizes the periods of life in the earth and also the life of humans. The human life is like the Sun and is not vale of tears, but also healthy, loud, gladsome and wealthy; not superior to other forms of life, but part of the whole; and the way of which is not linear – not like what the Abrahamic religions preach – but instead endless cyclical. The Sun is the symbol of the consistence and dynamism of life. However, we are not worshipping the Sun, the Moon, the trees and stones, but understand these as symbols of the old, mystic pagan truth. Like the Sun rises, our life also rises and grows and our family, society, folk is wealthy and successful; like the Sun falls behind the horizon, our life also falls, the misery and pain of ours grows and the once proud folk diminishes and worships artificial, foreign gods, fading the heritage from the minds.
The other central symbol of the pagan heritage is the Tree of Life. The prehistoric men saw that plants born, grow, and die like humans. But while lives of humans come to end with the death, plants reborn and renew in every spring like the Sun. The Tree of Life – growing from the underworld, heading with its crown to the upper – is the world itself. The runic token of it is also commonly used by us: D. All the three spheres of the Tree of Life are organized by the same order. This order is organic; this is the order we have to reorganize inside and amongst us to achieve our goals. The táltos travels through the spheres; the flash of our fires also goes upward towards the Sun. As on old Hungarian story teaches we all climb our “tree of life” from born to death.


The Hungarian Religion is the knowledge of ancient order, natural approach and respect of quality. It is the respect of our ancestors, our past and traditions while our eyes are seeking the future.


Hungarian Religion in our times
The golden sunshine of the unconquered Sun, the descent of birch and oak woods, the see of the wheat ears, old sagas, blood, fertility, the flash of our fires at solstice, screams of laughter, respect of the ancestors, growth of life: the heathen mystic is all around us – hence it is inside us. We have an organic and not an artificial viewpoint, religion and order that presents natural, coherent and eligible answers to the questions of modern men and women. The dynamism of the always moving Sun and the static, silent, forever lasting order of all spheres of the Tree of Life constitute the nucleus of our pagan message. From these symbols we derive our whole attitude and way of life.


The element of this paganism, everything that is necessary for a healthy, circumspect, happy, joyful, pro-life, eager-for-fight viewpoint and lifestyle is around and inside us, is in our blood – therefore we do not need to dig out old scriptures from the ground to establish our religion and we do not need dogmas.
We do not believe in the contradiction, in the deep abyss between the real life and the “afterlife” nor our ancestors did.
We choose the community instead of the seclusion; the strengthening, the augmentation instead of the negligence of life; the healthy possession instead of abandonment; the light instead of darkness; the power instead of weakness; the continuity and respect of ancestors instead of refusing the roots; the healthy sexuality instead of prudery; the knowledge instead of belief.
With the above principals our community started its activity in spring 2009 and since then it grows rapidly.
We organize festivals and events to our community to awake our real nature sleeping a deep, thousand-year sleep inside. We heard the heartthrob of thousands of years.
We have five main principals that we give to ours who opened up their eyes. These healthy commands are the commands of the nature and our ancestors, the commands of Life and the Sun.


Our aim is not less than taking back our heathen heritage like the beech tree reoccupies the place of its ancestor in the forest.
Connection between the Hungarian Religion and the heathen heritage of others
Although the Hungarian Religion is based on the Hungarian sagas calling us being the successors of these, the Hungarian Religion has common roots and beliefs with other pagan religions thus friendly welcomes these. Our ethnocentric religion is part of the great common indo-European system of values. As it was pointed out by Alain de Benoist (Comment peut-on ętre paďen?, 1981) the European nations had very common principles situating these close to each other. Therefore the Hungarian Religion is traditional, because it shares the same prehistoric, lasting values with the other traditional heathen religions. These religions turn to theirs in accordance with their legends and sagas without being intolerant or confronting with others just as we do. The pagan religions descending from prehistoric times were never intolerant, not like the “recently” appeared universal religions starting from the some thousand-year old ones to the sects formed in the last decades. When the old Romans conquered a foreign city they did not destroy the chancels, but kept on the cult of the Gods of these or transported the sculptures of the chancels with utmost respect and dignity to Rome. The lack of intolerance has always been an identification mark of pagan religions. Like the old Romans, we also do not want to “evangelize”, we do not treat others as enemies, but the contrary: we consider the pagan religions of all other nations (Slavs, Germans, Italians, Baltic nations, etc) as brothers who share the same main principles with us, who know the same mystic secrets of life like us, but who get to the old pagan truth via their own sagas, customs, languages and traditions.


The European nations were deprived from their ancient, pagan religions 500 years before the Hungarians suffered the same. Emperor Theodosius closed the pagan chancels; after 343 dead penalties were imposed on those who practiced their heathen customs. Eusebius of Caesarea also admitted that the paganus divines were tortured. Later, pagan Saxons were executed, the Celtic menhirs were pulled down, the druids were killed and the sacred woods were chopped down. The old pagan festivals were substituted by Christian ones, the great heritage of ancient world was burnt and vanished. This black, dead silence of Europe was broken in the 9th century by the turbulent, mirthful Hungarian troops and the flight of their arrows. Coming on pompous horses and in golden brokats they were strangers whose appearance and attitude shocked the Christian Europeans but the Hungarians were also astonished: the weak, poor Europeans in dirty clothes, the stodgy buildings, the irrational casts of society, the weak man on the cross surprised our ancestors. Indeed the storm of narrows of these troops darkened the sky above Europe for some decades – but the Sun had not been shined there for hundreds of years! The appearance of pagan Hungarians delighted the ancient Gods of Europeans and made them laugh once again. Now, the different pagan groups in Europe have the same strengthening effect to each other; the success of ones delights the Gods of all others – bringing us closer to the ancient, natural order of human life.
In line with the above principal thoughts we welcome you with true pagan hospitality and invite you to contact us via sending an e-mail to info@arpadegyhaz.hu.

 

VERSION FRANÇAISE

Bienvenue sur le site de la Religion Hongroise !


L’Église Traditionnelle du Fondement juridique de l’Ordre d’Árpád (Árpád Rendjének Jogalapja Tradicionális Egyház) a pour objet la renaissance du paganisme et la réanimation de la Religion Hongroise paďenne. Nous fasions effort de trouver les racines, de rapporter l’héritage paďen, les coutumes anciennes et de continuer la vielle tradition qui appartenait ŕ nous avant que le christianisme ait démoli l’ancienne communauté naturelle et la relation avec le métaphysique réel.


La Religion Hongroise autrefois et aujourd’hui


La religion hongroise est la résurrection moderne de l’héritage paďen hongrois, qui se base sur les croyances et coutumes pré-chrétiennes exemptes des dogmes.


Dans le X-XIe sičcle la vielle religion paďenne hongroise a été délogée - en utilisant la force -par la foi chrétienne étrangčre, artificielle et dite universelle qui a déjŕ assombri le ciel au-dessus d’Europe un demi-millénaire avant cela. La succession était contre la nature et revendiqait beaucoup de sang – comme cinq sičcles auparavant en Europe de l’ouest, le paganisme avait de nombreux martyrs en Hongrie aussi. Deux revolutions paďennes ont été battues par forces externes (en 1046 et en 1055), les coutumes et les monuments paďens ont été persécutés par une « croisade » sans remords, au nom de « l’affection universelle ». D’aprčs une croyance hongroise bien connue les prętres (en hongrois nommés táltos) de la religion paďenne et de l’ ancien ordre ont maudit la Hongie pour la déviation des traditions et de la religion des ancętres (c’est la soi-disant malédiction touranienne).


Męme si le passé paďen a été éliminé ou repoussé et la plupart de l’héritage paďen a disparu dans les mains ou sous les bottes des conquérants chrétiens, le savoir du passé sacré a été gardé durant les sičcles dans certains endroits provincials surtout dans la poésie populaire, dans les symboles, dans l’art folklorique et par la voie de notre écriture runique; les pages déchirées et tachées des vieux annuaires gardaient nos légendes, les trésors subsistés de ces temps paďens démontrent aussi la signification de l’ancien héritage. En outre, nous sommes fermement convaincus que la continuité avec les ancętres, avec la religion et l’attitude paďenne peux ętre facilement et volontairement restituée, pas ŕ cause de ces petites pičces subsistées de la vieille mosaďque paďenne – nous constatons juste la volonté de vivre nos vies selon l’ancien ordre naturel, la volonté de comprendre le rapport entre nos vies et les périodes journaličre et annuelle du Soleil, la volonté d’entendre le rire venant des hauteurs – en gros, la volonté de restituer le rapport avec l’ancien et avec le naturel afin d’atteindre ces buts. Nous levons nos mains vers le Soleil pour accueillir notre ancien héritage par un geste naturel. Quand un vieux hętre s’abat, un bon nombre des fręnes, des charmes et des érables croissent rapidement, gravissant de plus en plus haut pour rempir le vide et pour atteindre la lumičre de soleil. Cependent ils ne peuvent pas atteindre la hateur du grands hętres, ainsi un sauvageon de hętre - venant des sous-bois, pouvant supporter l’obscurité - croîtra doucement, par une maničre digne il reconquérira la place temporairement usurpée par les arbres plus petites et brusquement crues. Nous reprenons notre héritage paďen et restituons la continuité paďenne avec la męme maničre pure, digne et irréductible comme un hętre reconquiert la place de ses ancętres sous le Soleil dans la foręt verte.


Les symboles internes de la Religion Hongroise


Selon l’ancienne légende le « Miracle Cerf » (Csodaszarvas) avec le Soleil au milieu de ses bois a guidé nos ancętres vers leur pays présent. Le Miracle Cerf est le Soleil męme (son caractčre runique est reguličrement utilisé entre nous: …), sa course sur le ciel symbolise les périodes de la vie sur la terre et la vie des gens. La vie humaine est semblable au Soleil et au lieu d’ętre la vallée de larmes, elle est saine, bruyante, gaie et riche, mais elle n’est pas supérieure aux autres formes de vie, toutefois elle fait partie du total; et son chemin n’est pas linéaire – comme les religions abrahamiennes le pręchent – mais en revanche: cyclique infini. Le Soleil est le symbole de la consistance et la dynamisme de la vie. Bien que nous n’adorions pas le Soleil, la Lune, les arbres et les pierres, mais nous les comprenons comme les symboles de la vielle vérité paďenne et mystique. Comme le Soleil se lčve, notre vie se lčve et croît pareillement et notre famille, société, peuple deviennent riche et bénéficient du succčs; comme le Soleil se couche derričre l’horizon, notre vie descend pareillement; la misčre et la douleur des nôtres se forme et le peuple autrefois fier commence ŕ décliner et adore les dieux étrangers et artificiels, l’héritage pâlit dans la mémoire de plus en plus.


L’autre symbole fondamental de l’héritage paďen, c’est « l’Arbre de Vie » (Életfa). Les gens préhistoriques voyaient que les plants naissent, croissent et meurent comme les ętres humains. Alors que la vie humaine prend son fin avec la mort, les plants renaissent et se renouvelont chaque printemps comme le Soleil. L’Arbre de Vie – ayant l’origine dans le monde inférieur, en s’efforcant avec sa tęte vers le haut – est le monde męme. Son signe runique est aussi reguličrement utilisé par nous: …) Toutes les trois sphčres de l’Arbre de Vie sont organisées par le męme ordre. Cet ordre est organique, c’est l’ordre que nous devons reorganiser ŕ l’intérieur et parmi nous afin d’atteindre nos buts. Le táltos voyage ŕ travers des sphčres et les flammes de nos feux se dirigent vers le Soleil. Tout le monde entre nous monte son « Arbre de Vie » du berceau au cercueil comme un vieux proverbe hongrois l’enseigne.


La Religion Hongroise est la connaissance de l’ancien ordre, l’approche naturelle et le respect de la qualité, le respect de nos ancętres, de notre passé et de nos traditions tandis que nos yeux recherchent l’avenir.


La Religion Hongroise dans nos jours


La lumičre d’or du Soleil invincible, la descente avec des bouleaux et des chęnes, la vue des grains de blé, les vielles légendes, le sang, la fertilité, la flamme de nos feux pendant solstice, la voix du rire, le respect des ancętres, la croissance de la vie – la mystique paďenne se trouve autours de nous – donc elle est ŕ l’intérieur de nous. Nous avons un point de vue, une religion et un ordre organiques et pas artificiels qui présentent des réponses naturelles, cohérentes et convenables aux questions des hommes et des femmes moderns. La dynamisme du Soleil étant en marche tout le temps et l’ordre statique, tranquille et éternel durant de toutes les trois sphčres de l’Arbre de Vie constituent le noyau de notre message paďen. De ces symboles dérivons-nous notre attitude entičre et notre chemin de vie.


Les éléments de ce paganisme, tous qui sont nécessaires pour un point de vue et un style de vie intacts, circonspects, heureux, joyeux, pour-la-vie et entreprenants sont autour et ŕ l’intérieur de nous, dans notre sang – c’est pourquoi nous n’avons pas besoin de déterrer des vieux écrits du sol et nous n’avons pas besoin des dogmes.


Nous ne croyons ni ŕ la contradiction, ni ŕ l’abîme profond entre la vie réelle et « l’aprčs-vie », comme nos ancętres n’en croyaient pas.


Nous choisissons la communauté au lieu de la solitude; le renforcement, la croissance au lieu de la négation de la vie; la possession valide au lieu de l’abandon; la lumičre au lieu de l’obscurité; la force au lieu de la faiblesse; la continuité et le respect des ancętres au lieu du refus des racines; la sexualité normale au lieu de la pruderie; la connaissance au lieu de la croyance.


Conformément aux principes définis ci-dessus notre communauté a commancé son activité au printemps 2009 et elle développe rapidement depuis cela.


Nous organisons festivals et événements ŕ notre communauté pour réveiller notre nature réelle dormant un ręve profond de mille ans. Nous avons entendu le battement de cœur des millénaires.


Nous avons cinq principes fondamentaux que nous offrons aux nous-męmes et pour ceux qui ouvrent leurs yeux. Ces commandements valids sont les commandements de la nature et de nos ancętres, les commandements de la Vie et ceux du Soleil.


Nos intentions ne sont pas moins que rendre notre héritage paďen comme le hętre reconquiert la place de ses ancętres dans la foręt.


Le rapport entre la Religion Hongroise et l’héritage des autres


Bien évident que la Religion Hongroise se base sur les légendes hongroises appellant nous en tant que les successeurs de celles-ci, la Religion Hongroise dispose des racines, croyances communes avec les autres religions paďennes par conséquent elle envoie ses meilleurs salutations ŕ eux. Notre religion ethnocentrique fait partie du grand systčme des valeurs commun, indo-européen. Comme il a été relevé par Alain de Benoist (Comment peut-on ętre paďen ?, 1981), les nations indo-européennes disposaient des principes bien communs étant les uns trčs proches aux autres. Conséquemment la Religion Hongroise est traditonnelle parce qu’elle participe aux męme valeurs préhistoriques, intemporelles comme les autres religions traditionnelles paďennes. Ces religions – y inclu la nôtre aussi – se tournent vers les leurs, comformément aux leurs légendes et mythes sans ętre intolérantes ou hostiles aux autres. Les religions paďennes, dérivantes des temps préhistoriques n’étaient jamais intolérantes, pas comme les religions universelles, « récemment » apparues en commençant par celles de quelques milles ans jusqu’aux les sectes se formées dans les décades derničres. Quand les anciens romains ont conquéri une ville étrangčre, ils n’ont pas détruit ses sanctuaires, mais ils ont gardé le culte de leurs dieux ou ils ont transporté les sculptures des sanctuaires ŕ Rome par le plus respect et la plus dignité possiblé. La lacune d’intolérance était toujours un signe d’identité des religions paďennes. Comme les anciens romains nous ne voulons pas « évangéliser » non plus, nous ne traitons pas les autres comme ennemis, mais au contraire: nous considérons les religions paďennes de toutes les nations (français, slaves, germains, italiens, baltes, etc.) comme frčres qui participes aux męme principes fondamentaux que nous, et qui connaissent les męme secrets mystiques de la vie que nous, toutefois qui bénéficient de la vielle vérité paďenne par leur propres légendes, coutumes, langues et traditions.


Les nations européennes ont été privées de leurs anciennes religions paďennes 500 ans avant que les hongrois aient souffert la męme chose. Empereur Théodose a fait fermé les sanctuaires paďennes; aprčs 343 la peine de mort a été infligé ŕ ceux qui suivaient leurs coutumes paďennes. Eusčbe de Césarée a aussi admis que les prętres paďens ont été torturés. Ensuite, les saxons paďens ont été exécutés, les menhirs celtes ont été démolis, les druides ont été tués et les bois sacrés ont été abattus. Les vieux festivals paďens ont été substitués par ceux de chrétiens, le grand héritage du monde ancien a brűlé ou disparu. Ce silence noir d’Europe a été rompu dans le 9e sičcle par les troupes hongrois impétueux, enjoués et par le vol de leurs flčches. En venant aux chevaux grandioses et en brocarts d’or ils semblaient étrangers dont l’apparence et l’attitude a choqué les européens chrétiens, mais les hongrois se sont étonnés aussi; les faibles, pauvres européens en vętements dépenaillés, les bâtiments épais, les castes irrationelles et le bonhomme malingre se tordant sur la croix ont surpris nos ancętres. L’orage des flčches de ces troupes a vraiment assombri le ciel au-dessus d’Europe pendant quelques décades – mail le Soleil ne brillait pas lŕ depuis plusieurs cents d’années ! L’apparence des hongrois paďens a délicté les anciens dieux des européens et elle les a fait rire encore une fois. Actuellement les différents groupes paďens en Europe disposent les męme effets, dont les uns renforcent les autres; le succčs des uns délicte les dieux de tous les autres – ramenent nous plus proche ŕ l’ancien ordre naturel de la vie humaine.


Dans l’esprit des pensées principales ci-dessus accepte nos salutations avec une véritable hospitalité paďenne et nous t’invitons de nous contacter par envoyer un mél ŕ info@arpadegyhaz.hu .